Ceci est une histoire trouvée ou traduite.
Titre : Le petit travelo - Texte complet
Publication anonyme
Personnages : 1 homme, 1 petit garçon
Le plus jeune garçon a 10 ans
Romantique
Oral
Pénétration anale
Travestisme

Texte envoyé le 27/02/2013
Texte publié le 27/02/2013

Creative Commons 2013 - Histoires Taboues. Certains droits réservés.

Ce texte est mis à disposition sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Vous avez l'autorisation de le reproduire et de le diffuser librement à condition de respecter la paternité du texte et de conserver les en-têtes de l'histoire. Vous n'êtes pas autorisé à modifier ce texte ni à en faire un usage commercial.

Histoire envoyée à notre site des 'Histoires Taboues'.
http://www.asstr.org/~Histoires_Fr/

Le petit travelo

Publication anonyme

Texte complet

Je ne portais pas de culotte et je pouvais sentir la brise agiter mon petit pénis sous ma minijupe en coton. C'était une journée d'été chaude et légèrement humide, je portais des sandales et un t-shirt rose qui était trop petit pour moi ; mes ongles étaient peints de la même couleur. J'étais mince et blonde avec des yeux bleus. Ma mère me conduisit par la main vers la voiture où l'inconnu attendait.

« C'est elle ! » dit-elle à l'étranger qui me sourit. Il était plus âgé que ma mère, mais il avait l'air gentil. Je lui souris timidement. J'étais un garçon de dix ans portant du rouge à lèvres et une queue de cheval. Il m'a demandé mon nom et j'ai dit « Jessica ». Puis il m'a demandé si je voulais aller faire un tour. J'ai répondu « D'accord ! » et il m'a fait signe de monter. Ma mère lui a dit qu'il pouvait lui téléphoner quand il serait prêt à me ramener, puis elle se retourna et se dirigea vers la maison.

L'homme m'a dit qu'il s'appelait Christian et nous sommes partis vers la campagne. J'ai enlevé mes sandales et mis mes pieds sur le siège en serrant mes genoux pendant que je regardais le paysage. Certains chauffeurs de camions me regardaient en passant mais Christian ne semblait pas y accorder beaucoup d'attention. Il m'a posé des questions sur l'école et je lui ai dit que j'étais en CM2. Nous avons passé quelques fermes et il a pris un chemin de terre au milieu des champs. Puis il s'est garé et nous sommes descendus et nous nous sommes dirigés vers les buissons.

Il a pris ma main et m'a dit que j'étais très mignonne. Il m'a embrassée, puis il a mis sa main sous ma jupe et a caressé doucement mon sexe. Je me sentais bien. Il m'a retournée et j'ai appuyé mes mains contre un arbre, pendant qu'il soulevait ma jupe. J'ai entendu sa fermeture éclair et senti sa bite entre mes fesses, glisser, puis pousser contre mon petit trou. Il s'est arrêté, je l'ai entendu tâtonner et puis j'ai senti qu'il étalait quelque chose de gluant sur moi. J'ai écarté mes jambes. Ma jupe était remontée autour de ma taille et mon petit t-shirt était roulé sous mes aisselles. Les mains de Christian serraient ma poitrine. Sa grosse bite pénétra mon cul et je me mis à haleter et à gémir pendant qu'il me baisait. J'ai senti quelque chose jaillir de ma bite, puis ses coups devinrent de plus en plus rapides jusqu'à ce qu'il jouisse et que mes entrailles deviennent chaudes et poisseuses. Quand il est ressorti je me suis sentie vide et soulagée ; comme si j'avais pu partager son bonheur.

Christian me retourna vers lui en me tenant par les épaules. Je me suis mise à pleurer et il s'est penché et a bu doucement mes larmes. Puis il a posé ses mains sur ma jupe, l'a rapidement déboutonnée et en a ouvert la fermeture éclair. Il l'a laissé glisser sur mes chevilles et je l'ai enjambée. Je restais là, nue de la taille aux pieds, avec ma petite bite suintante et mon anus frémissant. Je levais les yeux vers lui ; il y avait des traces de mon rouge à lèvres sur son menton. Il m'a souri et m'a dit que j'étais belle.

Puis il s'est agenouillé et a posé ses lèvres sur mon sexe en caressant mes fesses d'une main. Sa langue était chaude et chatouilleuse et dés qu'il s'est mis à sucer ma petite tige j'ai commencé à me tortiller et à frissonner. Mes genoux ne me portaient plus. Il m'a maintenue avec ses deux mains pendant que mes yeux se fermaient, puis s'ouvraient en grand. J'ai gémi et mon souffle est devenu très court. Doucement, Christian a continué à me sucer et à me lécher. J'ai senti ma petite bite durcir et j'ai giclé en geignant.

Alors Christian s'est levé. Il m'a embrassée et a mis sa langue dans ma bouche. Elle avait un goût bizarre, mais j'ai bien aimé. Puis il m'a dit de me mettre à quatre pattes. Il est passé derrière moi et a enfoncé son truc en moi. Cela m'a fait mal et je n'aimais pas ça autant qu'avant, mais quand il m'a chuchoté combien j'étais jolie et combien il adorait me baiser, je me suis sentie bien. Quand il a eu fini et a retiré sa bite, je me suis retournée pour la regarder. Je voulais l'embrasser et la sucer comme Christian l'avait fait pour moi. Mais Christian a remonté son pantalon. Je suppose qu'il ne voulait pas la mettre dans ma bouche après qu'elle ait été dans mes fesses. J'ai remis ma jupe et nous sommes retournés vers la voiture.

Je l'ai observé pendant que nous empruntions le chemin du retour. Je sentais que j'étais en train de tomber amoureuse. Nous nous sommes arrêtés à un restaurant McDonald et chacun de nous est allé aux toilettes. Nous avons ingurgité la malbouffe dans la voiture. Après, là, dans le parking, je l'ai embrassé. Il m'a rendu mon baiser, a chuchoté quelque chose et je me suis mise à rire. Il a ouvert sa braguette et j'ai touché sa bite. Je la sentais grosse et dure, et chaude, et j'ai posé ma bouche sur elle. Elle avait un goût bizarre. Je l'ai léchée et Christian a soupiré. J'ai senti sa main se poser sur ma queue de cheval.

J'ai ouvert ma bouche en grand et plongé vers le bas, puis remonté, en frottant mes lèvres sur le gland avant de le lécher. Un mince filet de salive coulait de ma bouche lorsque je me suis redressée. J'ai regardé Christian dans les yeux, il a souri et j'ai senti la pression de sa main sur ma tête. J'ai remis ma bouche sur sa bite et je l'ai sucée. Quand j'ai tourné mes yeux à nouveau vers lui, sa tête était rejetée en arrière et il gémissait. J'ai entendu des portières qui claquaient et des voix. Des cris et des rires. Puis des bruits de pas qui s'éloignaient.

Christian a gémit, et tout à coup ma bouche a été inondée de sperme. J'en ai avalé une partie, le reste a coulé le long de mon menton. J'ai levé les yeux vers Christian. Il regardait droit devant lui, puis sa main s'est éloignée de ma queue de cheval et la voiture a démarré et nous avons pris le chemin du retour. Je me suis rassise et nous avons repris l'autoroute. Christian m'a fait un sourire. Il a tendu sa main pour toucher ma bite.

Le soleil se couchait pendant que nous roulions. Les champs vert pâle devinrent violets et lorsque nous fûmes de retour en ville les réverbères étaient allumés. Christian s'est arrêté à une cabine téléphonique et a appelé ma mère. Lorsque nous sommes arrivés en face de la maison elle était là pour nous accueillir. Christian lui a donné un peu d'argent. Je voulais l'embrasser mais il a juste souri et a dit qu'il allait revenir bientôt. Puis il est parti.



FIN